Ménopause et Péri-ménopause

La ménopause se définie par l’arrêt définitif des menstruations. On parle de ménopause après 12 mois d’aménorrhée. L’âge moyen se situe autour de 51 ans, mais elle peut intervenir plus précocement ou plus tardivement. Elle n’arrive pas brutalement mais une période plus ou moins longue la précède, c’est la péri-ménopause.

Biologiquement, la ménopause se traduit par la baisse des hormones féminines, progestérone et œstrogènes, signant l’arrêt progressif du fonctionnement des ovaires. Des désagréments physiques et psychologiques s’installent parfois, car la baisse de ces hormones crée un déséquilibre provoquant bouffées de chaleur, douleurs mammaires, pelviennes, ballonnements, irritabilité, dépression, troubles du sommeil, maux de têtes, constipation, infections urinaires, sécheresse vaginale et cutanée, troubles de la libido, troubles articulaires et circulatoires. A plus long terme, une des conséquence de la ménopause est l’ostéoporose.

L’intensité des symptômes varie d’une femme à l’autre, et chaque femme vit cette période différemment. Les hormones synthétisées par les ovaires vont progressivement chuter;  le foie, les surrénales et le tissus adipeux prennent le relais, il est donc important de veiller au bon fonctionnement de ces organes, et la légère prise de poids semble normale dans la limite de 5 kg.

Il ne faut pas négliger l’aspect émotionnel pendant cette période: le départ des enfants, la fin de la capacité à enfanter, le regard de la société envers le vieillissement, sont des facteurs à considérer. Les fleurs de Bach seront un soutien à ce tsunami émotionnel. Développer des valeurs humaines ou spirituelles seront le garant d’un équilibre psycho-émotionnel et vous permettront de vous dépasser et vous épanouir : rester curieuse, active, créative. Cultiver l’humour, le contentement. Faire au moins une chose vraiment pour soi et pour les autres chaque jour. Se consacrer à la musique, la peinture, l’écriture, la danse, etc. Pratiquer le yoga, la méditation. Ces exemples ne sont que des pistes, des portes à ouvrir. A vous de trouver ce qui va vous « nourrir » et vous transcender.

La naturopathe peut vous accompagner au cours de cette période en vous guidant sur votre chemin du bien-être.

En plus de l’axe émotionnel, individualisé, voici quelques conseils alimentaires:

  • Un dîner léger favorisera un sommeil de qualité et limitera les sueurs nocturnes.
  • Il est important de stabiliser la glycémie, car les hypoglycémies favorisent les bouffées de chaleur.
  • C’est le moment d’augmenter les apports en oméga 3, en Acide Gamma Linolénique (GLA)  et en oméga 7. On trouve ces bons acides gras respectivement dans les sardines, maquereaux, harengs, l’huile de colza, de lin, de chanvre, l’huile de bourrache et onagre pour les GLA, et l’avocat et argousier pour les oméga 7.
  • Il faut également renforcer les apports de toutes les vitamines en ayant une alimentation variée, constituée de fruits et légumes frais, de saison, bio de préférence. Les minéraux seront au menu grâce à la levure de bière, les amandes, noix, noisettes, sésame.
  • La consommation d’excitants tels que café, thé, alcool, tabac sera diminuée.
  • Le soja, fermenté de préférence, peut être consommé 1 à 2 fois par semaine, ainsi que les graines de lin moulues, les pois chiches, l’alfafa sous forme de graines germées. Ces aliments sont des régulateurs et conseillés à toutes.
  • La qualité de la flore et de la muqueuse intestinale est à surveiller.
  • Des boissons rafraîchissantes à base de thé vert, fenouil peuvent aider à combattre les bouffées de chaleur.

L’exercice physique adapté à chacune est recommandé 3 fois par semaine. Le stress osseux occasionné lors de la marche rapide ou footing, accélère le renouvellement du tissu ostéo-articulaire. Des séances de sauna ou hammam  favorisent la sudation et l’élimination des toxines et ainsi limitent les bouffées de chaleur.

Des régulateurs de terrain constitués de plantes, ou d’oligoéléments viendront soutenir cette période de la vie.

L’airelle rouge en gemmothérapie va agir sur le plan digestif, sur la flore intestinale, les infections urinaires, les bouffées de chaleur. Elle ralentie le vieillissement.

La sauge, la cimifuga, l’alchémille, auront une action sur les spasmes, les bouffées de chaleur, mais font l’objet de certaines précautions d’emploi ou de contre-indication.

Le zinc-cuivre, manganèse-cobalt, cuivre-or-argent, peuvent s’avérer essentiels au soutien des troubles liés à la ménopause. Ils seront choisis en fonction de la personne.

L’huile essentielle de curcuma peut apporter un soutien aux fonctions hépatiques, car comme nous l’avons dit plus haut, le foie prend le relais dans la synthèse des hormones et son fonctionnement doit être optimal.

Une supplémentation en vitamine peut s’avérer nécessaire. Les valeurs du taux sanguin de vitamine D doit être supérieur à 75 nmol/L (soit 30 ng/mL) pour se situer dans la normale.

Ces quelques informations ne remplacent pas un conseil personnalisé. L’alimentation saine et adaptée est essentielle pour bien vivre cette période  et peut se mettre en place au plus tôt. L’exercice physique est une hygiène de vie à adopter dès le plus jeune âge. Ainsi, la transition sera plus douce.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s