CONFERENCES

Affiche 5 avril png

Cette conférence sur les intestins me permet de vous présenter la nécessité d’un intestin en bonne santé, pourquoi son équilibre est si important. Je m’applique à vous proposer  des solutions en terme d’alimentation et d’hygiène de vie pour maintenir ou retrouver un intestin qui fonctionne bien. Ci-dessous, un résumé, des points développés au cours de cette soirée.

L’intestin, acteur clé de votre santé

Nos intestins, constitués de l’intestin grêle et du côlon, sont peuplés de milliards de bactéries appelées MICROBIOTE. Ce microbiote s’implante dès la naissance et s’enrichit durant la petite enfance. Un microbiote équilibré et riche de diverses variétés de bactéries est le garant d’une bonne santé.

Les rôles du microbiote

Les intestins sont le centre de notre système digestif. Ils ne sont pas seulement destinés à la digestion, mais grâce à la richesse du microbiote, ils ont des fonctions variées, commençant par un rôle  d’émonctoire. En naturopathie, un émonctoire est un organe chargé d’éliminer les toxines de notre corps. Des selles quotidiennes signent un bon fonctionnement émonctoriel des intestins.

Parmi  ses nombreuses autres fonctions, citons notamment,  son rôle majeur dans l’immunité, la synthèse de vitamines du groupe B et K, l’assimilation des vitamines et minéraux, la régénération de la muqueuse intestinale, la synthèse de neuromédiateurs comme la sérotonine. Ce dernier point démontre le lien étroit entre les intestins et le cerveau qui  échangent quantité d’informations.

Les Dysfonctionnements du microbiote

Une alimentation industrielle ou inadaptée, le stress, la consommation de drogues, alcool, tabac, la pollution, le sport intensif, la ménopause, les infections bactériennes, la prise de certains médicaments  génèrent un déséquilibre du microbiote intestinal appelé DYSBIOSE.

Cette dysbiose est responsable de nombreux troubles tels que la fatigue chronique, la constipation et les ballonnements, les allergies, la baisse d’immunité, l’obésité, l’apparition de syndrome métabolique (diabète et hypercholestérolémie), la candidose. Une dysbiose non rééquilibrée engendre une HYPER PERMEABILITE INTESTINALE. Des éléments indésirables franchissent la barrière intestinale et se retrouve dans la circulation sanguine faisant le nid des maladies auto-immunes qui sont aujourd’hui en nombre croissant.

Aujourd’hui, de nombreuses études démontrent les rôles du microbiote. Ainsi, la bonne santé intestinale est garante d’un bon équilibre, d’une bonne vitalité et d’une bonne santé générale.

Les bonnes habitudes pour choyer nos intestins

Les outils utilisés en naturopathie pour garantir cette bonne santé intestinale sont la nutrition, l’hygiène vitale et la pratique de cures naturopathiques ainsi que l’utilisation de certains régulateurs de terrain.

Avant de commencer ce paragraphe sur l’alimentation, le point essentiel pour bien digérer et bien assimiler les nutriments est la MASTICATION. Cette étape est souvent raccourcie voire oubliée, et c’est pourtant la clé de notre confort digestif.

Les aliments amis du microbiote sont LES OMEGA 3. Ils devraient être dans nos assiettes à chacun de nos repas. On les trouve notamment dans les petits poissons gras tels que sardines, maquereaux, harengs, anchois, les noix, les graines de chia, de lin, les huiles de lin, colza, noix, cameline, algues nori, pourpier, brocoli et épinards.

Les PREBIOTIQUES sont des fibres qui nourrissent les bactéries intestinales. Elles doivent aussi s’inviter à notre menu à chaque repas. Les fibres sont des substances glucidiques qui ne sont pas digérées. Elles servent de substrat au microbiote et aident au transit intestinal. De façon générale, tous les fruits et légumes sont des pré biotiques. Cependant, les navets, céleris, panais, radis, asperges, topinambours, ail, oignons, sont particulièrement riches. Les bananes, les légumineuses (pois chiche, lentilles, haricots secs) et flocons d’avoine sont de bons pré biotiques également. Citons également les fruits rouges, les raisins, riches en polyphénols et resveratrol, constituant d’excellents substrats à nos bactéries intestinales. Enfin, le curcuma, dont les bienfaits sont multiples, est riche en fibres et son action anti-inflammatoire sera particulièrement intéressante dans les maladies chroniques de l’intestin.

Les PROBIOTIQUES sont aussi des alliés de notre microbiote. Ce sont des bactéries issues de la lacto-fermentation favorables à  l’équilibre intestinal.  On les trouve dans le kéfir, le kombucha, les yaourts, le tamari et miso (tous 2 à base de soja fermenté) le vinaigre de pommes ou vin. On trouve aussi des compléments alimentaires en pharmacie et magasins bio. Ils sont composés de bactéries  constituant notre microbiote. Pour être efficace, il est préférable de consommer un complément de probiotiques composés de plusieurs souches différentes et au moins 10 milliards de bactéries par prise. Ces compléments s’avèrent indispensables en cas d’antibiothérapies, d’infections intestinales, et selon les recommandations d’un professionnel de santé.

La Glutamine, le zinc, et la vitamine D participent également à la bonne santé intestinale.

Ce qu’il faut éviter

Après avoir répertorié les aliments amis du microbiote, voici quelques aliments à éviter, voire à supprimer, selon les cas. Il s’agit des aliments industriels, transformés, gorgés de conservateurs, pesticides et additifs en tout genre. Les graisses hydrogénées, dites trans, la viande en excès, notamment la viande rouge, les laitages et le gluten sont responsables de dysbiose et créé l’inflammation de nos intestins. Le gluten, tout le monde en entend parler, mais finalement pourquoi devons-nous l’éviter? Chez certaines personnes atteintes de maladies de cœliaque, il est formellement interdit, car responsable de la destruction de la muqueuse intestinale. Chez de nombreuses autres personnes, non cœliaques,  le gluten se comporte de la même façon et endommage les microvillosités qui constituent notre muqueuse intestinale. Le blé actuel a subit de multiples mutations génétiques afin d’améliorer son rendement et sa résistance aux maladies et parasites. Ainsi, le blé ancien comportait 7 paires de chromosomes, et le blé actuellement cultivé, comportent 21 paires de chromosomes. Imaginez un seul chromosome défaillant chez l’humain et les graves conséquences que nous connaissons….Alors, 3 fois plus de chromosomes sur une plante que nous consommons quotidiennement….. Pour résumer, le blé est devenu plus riche en protéines, et le gluten est une association de plusieurs protéines. Il est de plus en plus incriminé dans de nombreux troubles digestifs et allergiques. Notons toutefois, que le seigle et l’orge contiennent aussi du gluten.

Les cures naturopathiques

Afin de compléter la boîte à outils indispensable à notre santé intestinale, parlons des cures naturopathiques dont nous disposons. La mise au repos du système digestif par la mono-diète ou le jeûne constitue un axe majeur dans la détoxication. Ne pas manger ou consommer un seul type d’aliment dans le cas de la mono-diète favorise la régénération des cellules, la détoxication et optimise le bon fonctionnement des intestins. Jeûne et mono-diète se suivent pendant 1 à plusieurs jours, avec un accompagnement lorsqu’on n’a jamais pratiqué ces cures. On peut expérimenter le jeûne intermittent qui consiste à prendre son dîner (léger) le plus tôt possible et ne pas manger le lendemain avant 12-13 heures. Cette période d’au moins 16 heures sans s’alimenter est une manière efficace de jeûner, sans contrainte, ni contre-indication. Les repas consommés durant cette période seront constitués en majorité des aliments amis de notre microbiote.

Les cures d’argile permettent d’améliorer l’hygiène intestinale, en absorbant les toxines, en rééquilibrant le niveau d’acidité des intestins ; elle est aussi antiparasitaire et reminéralisante. Attention des contre-indications ou précautions d’emploi existent. Demandez conseils à un praticien de santé ou naturopathe.

Parmi les cures évoquées, citons les bienfaits de la réflexologie plantaire, qui en équilibrant les organes, participent au bon fonctionnement des émonctoires, dont les intestins.

Enfin, la pratique de lavements permettra à nos intestins, de libérer la partie basse du côlon sur environ 30 centimètres. Ils permettent de décoller des matières adhérant à la paroi intestinale. Ils relancent ainsi le péristaltisme, mouvement naturel qui permet l’avancement des matières dans le côlon.

Derniers points essentiels à considérer pour une santé optimale de nos intestins : la gestion du stress et l’activité physique. Le stress nuit à la digestion, il engendre ballonnements et gaz, voire constipation. Il contribue à la dysbiose et à l’hyper perméabilité intestinale. Il existe différents outils anti-stress à expérimenter : cohérence cardiaque, respirations abdominales, yoga, etc. La pratique régulière d’une activité physique adaptée, non intensive, favorisera une bonne santé, tout le monde le sait. Mais la mise en mouvement sera aussi favorable au bon fonctionnement intestinal.

Ces conseils sont généraux, ce sont les clés d’une bonne santé intestinale en général. Cela ne constitue pas une liste exhaustive. Il est possible qu’ils ne conviennent pas à tous. Un conseil personnalisé optimisera l’efficacité de ces recommandations.

Les régulateurs de terrain

Ce sont des compléments à base de plantes, tels qu’huiles essentielles, gemmothérapie, tisane, ou des complexes d’actifs.

Les régulateurs de terrain vont permettre à chacun d’équilibrer cette santé intestinale. Ils sont nombreux et seront adaptés à chacun. Il n’y a pas de recette universelle. Chacun est unique, et selon les causes de dysfonctionnements intestinaux, les régulateurs de terrain viendront compléter cette boîte à outils. La naturopathie prend en charge la personne dans sa globalité et son unicité. Je ne peux donc pas donner de conseil sans avoir interrogé la personne, sans connaître ses habitudes, ses ressentis et identifier la cause de ses troubles.

Au plaisir de vous rencontrer.

Une conférence sur « les arbres qui nous soignent » a eu lieu le 18 mai à la bibliothèque de Taluyers. Cette présentation m’a permis d’exposer 10 arbres de nos régions, que vous croisez souvent au cours de vos promenades, dont les bienfaits sont connus et reconnus.

Gingko Biloba, tilleul, chêne, noyer, pin, olivier, frêne, surreau, nous ont permis de nous connecter à la nature au travers du symbolisme et des bienfaits de leur utilisation. Des recettes traditionnelles ou inédites ont également été proposées.

Huiles essentielles, fleurs de bach, plantes sèches, macérâts glycérinés, sont les différentes galéniques que j’ai présentées. La soirée s’est achevée autour d’une tasse de tisane et la démonstration du Bol d’Air Jacquier®